1410374.jpg Très loin de moi l'idée de vouloir politiser ou quoi. En général je me tais et j'ouvre ma gueule quand on me le demande. Mais là, c'est prendre les gens pour des cons, en plus de faire des raccourcis plus que dangereux (complètement faux et nazes en fait).

L'histoire en bref : le gouvernement décide de remuer le lisier là ou il n'y en a pas en allant emm... les tatoueurs/pierceurs, avec en plus un argumentaire complètement diffamatoire et homophobe (les vrais mots que j'ai utilisé quand j'ai lu ça sont un peu plus méchants ^^). Je copie/colle le communiqué que fait tourner le Syndicat National des Artistes Tatoueurs :

Un premier décret réglementant les pratiques de tatouage et de piercing a été publié le 20 février dernier, ignorant les efforts des professionnels - tatoueurs, perceurs, et professionnels de la santé - sur le terrain et leurs revendications en matière de réglementation.

Ce premier texte réglementaire a été voté suite à un rapport de l'Académie de médecine qui, au-delà des considérations strictement médicales auxquelles il est censé se vouer, présente le tatouage et le piercing comme traduisant plusieurs « états : perception négative des conditions de vie, mauvaise intégration sociale, souci d'amélioration de l'image de soi, précocité des rapports sexuels avec grand nombre de partenaires, homosexualité, usage de drogues et consommation d'alcool, activités illicites et appartenance à un « gang », mauvaises habitudes alimentaires. »

Estimant ces propos à la fois diffamatoires et homophobes, le Syndicat National des Artistes Tatoueurs a saisi la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) et porté plainte contre l'Académie de Médecine.

Chaque personne tatouée, percée, tatoueur, perceur, peut faire un acte simple pour soutenir cette démarche : si plusieurs milliers de personnes portent plainte à l'encontre de l'Académie de Médecine, nous pourrons mettre en lumière l'aberration de ces propos, et en conséquence, l'aberration du contenu de la réglementation que l'administration a décidé d'imposer aux tatoueurs et aux perceurs (en excluant de cette obligation les bijoutiers « perçant » au pistolet !).

Alors là je dis : ils l'ont eu où leur diplôme de médecine ces grands dadais ? Pourquoi on dit rien au bijoutiers alors que bon, les piercings au pistolet (dont on est même pas sur que c'est bien nettoyé entre nous) c'est connu pour faire des trous moches et qui cicatrisent mal ? Depuis quand on juge les gens sur l'apparence ?

De mon expérience personnelle, des tatoueurs / pierceurs que je connais et du piercing que j'ai fait, ya pas plus sérieux que ces gens là, autoclave, matos à usage unique et tout le tintouin. Quand je me suis fait piercer, j'ai appréhendé la douleur, mais jamais l'hygiène. Ensuite, perso, j'ai vu plus de produits illicites (coke principalement) dans la seule soirée que j'ai fait avec des petits cons étudiants de HEC que dans toutes celles que j'ai fait avec mes potes piercés / tatoués. Et plus de conduites sexuelles à risque dans les soirées médecine que partout ailleurs. Je parlerais pas du reste, je vais m'énerver. :)

Ce comportement de nettoyage bien pensant me fait super peur. Les raccourcis ressemblent à ceux des intégristes religieux. "Retour de l'ordre moral" qu'ils disaient. Hé bin manifestement il va revenir à grands coups de savates l'ordre moral... :(

Voilà, c'était le coup de gueule du soir, merci de votre attention. (photo avec et par la jolie Valium)